Après l’ère de la voiture électrique débarque aujourd’hui la tendance des voitures à hydrogène. Bien qu’il soit encore question d’un marché de niche, ces véhicules commencent à faire parler d’eux en s’imposant comme une alternative prometteuse aux voitures 100% électriques. Mais comment fonctionnent-ils concrètement ? Réponses.

Mode de fonctionnement de la technologie à hydrogène

La technologie à hydrogène n’est pas une nouveauté en soi. Bien au contraire, sa découverte date du XIXème siècle par William Grove. Toutefois, elle n’a pas suscité l’intérêt des constructeurs automobiles étant donné la difficulté de stockage et de transport. Il faudra attendre vers 1994 pour que Chrysler lance son premier prototype. Rien de bien prometteur à l’époque, c’est pourquoi le projet n’a plus fait parler de lui. En 2005, Mercedes s’intéresse à ce système et crée la Classe B F-Cell qui deviendra le premier véhicule de série à étrenner cette technologie. Concrètement, la voiture à hydrogène fonctionne grâce à l’aide d’une pile à combustible à hydrogène et fait partie de la grande famille des voitures électriques. Sur un véhicule électrique classique, une batterie lithium-ion se charge de stocker toute l’énergie utile au fonctionnement du moteur. La différence avec la voiture à hydrogène porte sur le mode d’alimentation du motopropulseur. Ce type d’automobile profite de l’énergie électrique apportée par la pile à combustible. Des réservoirs sont installés à bord pour pouvoir stocker l’hydrogène. Une fois que celle-ci entre en contact avec l’air ambiant, une réaction électrochimique se produit et entraîne la production d’électricité, de vapeur d’eau ainsi que de chaleur. C’est grâce à l’énergie de la batterie ainsi que celle fournie par ce processus d’électrolyse inversée que le moteur peut fonctionner. La voiture n’émet aucun gaz polluant ni nuisance sonore.

Les avantages et limites de la voiture à hydrogène

Si la pile à combustible intéresse de nombreux constructeurs automobiles, c’est parce qu’elle est source d’une multitude d’avantages. Comme une voiture 100% électrique traditionnelle, le véhicule à hydrogène garantit une sensation de conduite agréable sans démarrage impulsif ni bruit de moteur. Un autre point fort de ce type de voiture repose sur la durée de chargement. On sait que pour alimenter un véhicule électrique, il est nécessaire de patienter entre 45 minutes à plus de 10 heures selon le mode de chargement choisi. Or, cette contrainte n’existe pas avec les voitures à hydrogène, car il suffit d’à peine cinq minutes pour faire le plein. Grâce au gain de temps, l’usage est quasiment identique à celui d’une voiture conventionnelle. Par ailleurs, la voiture à hydrogène n’est pas pénalisée par une autonomie limitée contrairement à une voiture électrique. En effet, un réservoir plein lui permet de rouler jusqu’à 500 km et même au-delà. À tout cela s’ajoute son caractère non polluant.

Les seuls freins qui pourraient entraver l’essor fulgurant de cette technologie concernent tout d’abord les rares possibilités offertes pour faire le plein. Rien qu’en France, il existe très peu de stations d’hydrogène ce qui entraîne une faible demande de la part de la clientèle. Autre chose : le coût de ces véhicules est encore trop élevé pour permettre sa généralisation.

Les modèles de voitures à hydrogène disponibles aujourd’hui

Sur le marché actuellement, il existe peu de constructeurs qui proposent des voitures à hydrogène étant donné les coûts de production et d’exploitation particulièrement onéreux. Parmi les modèles les plus connus figure l’incontournable Toyota Mirai qui est un leader sur son segment actuellement. Suivent le Hyundai Nexo, le Renault Kangoo Z.E. Hydrogen et le Renault Master Z.E. Hydrogen. À l’étranger, les constructeurs proposent d’autres modèles tels que la Honda Clarity ou encore le Mercedes GLC F-Cell. Des utilitaires sont aussi en phase de conception chez Mercedes avec le Sprinter et chez Hyundai avec le H350.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.